ORO/Les corons du XXIe siècle

_ Faymoreau (85) / France

Maitrise d'Ouvrage : CAUE Vendée

Mission : Concours pour la maison du Tourisme et de l'Architecture - Associé : Loïc LANDRY Architecte

Phases accomplies : Esquisse

_Projet publié 2012

object(stdClass)#21 (2) {
  ["format"]=>
  string(5) "small"
  ["text"]=>
  string(0) ""
}
object(stdClass)#19 (2) {
  ["format"]=>
  string(5) "small"
  ["text"]=>
  string(9) "Capacité"
}

Capacité

object(stdClass)#18 (2) {
  ["format"]=>
  string(5) "small"
  ["text"]=>
  string(12) "Déplacement"
}

Déplacement

object(stdClass)#25 (2) {
  ["format"]=>
  string(5) "small"
  ["text"]=>
  string(8) "Lumière"
}

Lumière

object(stdClass)#26 (2) {
  ["format"]=>
  string(5) "small"
  ["text"]=>
  string(5) "Hydro"
}

Hydro

object(stdClass)#27 (2) {
  ["format"]=>
  string(5) "small"
  ["text"]=>
  string(10) "Plan masse"
}

Plan masse

object(stdClass)#28 (2) {
  ["format"]=>
  string(3) "big"
  ["text"]=>
  string(0) ""
}
_Les « VERRIERES »
L’histoire minière de Faymoreau a dessiné la morphologie du village depuis 1827. La rationalité et la standardisation des corons ont permis de loger de façon économique les mineurs venus participer à l’essor du village. Aujourd’hui, le village de Faymoreau doit utiliser ses richesses : son climat vendéen, son paysage de bocage et son patrimoine culturel. Une nouvelle population jeune et désireuse de vivre dans un nouveau type d’habitation contemporaine est la cible de ce projet. Il est fonctionnel mais esthétique, idéal mais évolutif, spacieux mais économique, lumineux et généreux.

Le projet expose une rationnalité constructive et programmatique à l’échelle urbaine et architecturale
tout en exploitant au mieux les caractéristiques du site. Chaque parcelle fait 200 m2 afin de libérer le maximum d’espace partagé, de jardins potagers collectifs.
Les logements sont alignés selon un axe NORD/SUD afin de bénéficier d’un ensoleillement généreux, contrôlé et identique quelque soit la maison habitée. Cette disposition permet également de profiter, de manière judicieuse, de la pente du terrain afin d’irriguer, de canaliser et de partager les eaux de ruissellement. Ces eaux finissent leurs parcours dans la piscine naturelle, servant également de bassin de rétension d’eau en cas de pluies extraordinaires.

Il n’y a pas de trottoirs ou de sols bitumés constituant le vocabulaire habituel de nos routes afin de prévenir et de responsabiliser les usagers, quelque soit leur mode de deplacement dans le quartier : on marche, on pédale, on roule “au pas”, et ce, dans le respect de l’autre.
Le projet tire profit de la pente du relief pour partager un apport solaire gratuit et durable. Les maisons sont organisées de manière à avoir le salon ouvert directement sur le jardin orienté SUD-OUEST afin de profiter d’un ensoleillement maximal l’après midi et d’un coucher de soleil remarquable depuis la terrasse.
Conscients que le respect des objectifs financiers est une garantie primordiale de sa réussite, le projet met en oeuvre une standardisation des fonctions vitales de l’habitation. Celles-ci sont regroupées dans un bloc module; élèment de structure de la maison assemblant de manière pratique les pièces d’eau et locaux à besoins techniques.
Ces pièces sont réunies dans une bande servante, ce qui libère le reste de la maison. L’autre partie de la maison est donc différente et évolutive selon les besoins de chaque famille. Une mezzanine peut simplement être comblée pour réaliser une chambre supplémentaire ou un bureau.
“Ce projet a pour ambition d’être adapté à nos besoins contemporains et disposé à répondre à nos attentes futures”.